top of page
Rechercher
  • 100ansscoutsremire

"Scout un jour, scout toujours" avec Jean-Claude Bigorne



Pour écouter le témoignage de Jean-Claude Bigorne rendez-vous sur la rubrique "Interviews et témoignages" en cliquant sur le bouton de la barre de commande de la page d'accueil.


Amis scouts et guides et sympathisants du scoutisme bonjour


Parole d’un ancien scout de la 1ère Remiremont


« Scout un jour scout toujours » suivant l’adage


"Mon père ayant été Scout de France entre les deux dernières guerres mondiales à la 1ère Nancy, alors que sa famille venait tout juste de s’enraciner à Remiremont en 1958, il s’est mis en quête de l’existence d’une troupe dans la cité des Chanoinesses. Ayant rencontré le chef de troupe de l’époque Jacques Guimbert il m’a inscrit chez les scouts fin 1958, j’avais alors 12 ans. J’ai intégré la patrouille des Loups dont le chef de patrouille était feu Dominique Remy. Notre local était situé au fond des Grands Jardins, local qui sera réaménagé par la suite par les scouts en attendant la construction de la base de Sainte Anne. Mon premier camp s’est déroulé à Saint-Geoire-en-Faucigny en 1959 dans la propriété d’un château. Le chef du camp était Jacques Guimbert assisté de Jean-Marie Faivre, de François Roussel dit "Mamouth", de Guy François, entre autres. Mon souvenir le plus marquant de ce camp fut sans nul doute le raid partant de Sixt Fer à cheval pour rejoindre la vallée de Chamonix. Nous avons couché prés du chalet d’Anterne et je reconnais bien volontiers que j’en ai bavé ! J’ai fait ma promesse le 27 Mars 1960 à la Baraque des Sapeurs toujours avec le chef Jacques Guimbert et l’aumônier l’abbé Jacques Heinrich. Mon second camp a eu lieu outre Rhin en Forêt Noire précisément dans les environs de Villingen. Je dois préciser que les présidents de la République Charles de Gaule et Conrad Adenauer incitaient les jeunes Allemands à échanger avec les jeunes Français dans le cadre de la construction de l’Europe. Un chouette camp avec notamment la visite et la réception à l’usine Kientzle. L’année 1961 sera marquée par une crise de manque de maîtrise. Jacques Guimbert, récemment marié souhaite passer le relais après une bonne quinzaine d’années de scoutisme mais son remplacement pose problème car les candidatures ne se bousculent pas au portillon, c’est le moins que l’on puisse dire. Un groupe de parents et de sympathisants des scouts monteront une opération recrutement dénommée les « Cadres Verts ». Parmi les personnes engagées dans le processus il y aura mon père, Jean Bigorne mais aussi Fernand Ketterer et bien d’autres. Tout espoir n’étant jamais perdu, deux chefs se présenteront Jacque Odille et André Pierrat. Nous sommes alors en plein dans la refondation du scoutisme Français. La troupe des Scouts de France sera désormais composée des Louveteaux 8 à 11 ans, des Rangers 11 à 14 ans, des Pionniers 14 à 17 ans et enfin les Compagnons qui remplaceront les Routiers. Le camp d’été de 1961 se déroulera dans les Alpes à Saint-Jean-dArvey où nous partagerons le site du camp et plusieurs activités avec les scouts de Versailles".


Ma promesse scoute le 27 Mars 1960


"Entre temps, j’ai pris du galon et j’aborde le camp d’été de 1962 dans la Vallée de Presles à Saint-Maurice-sur-Moselle comme chef de la patrouille des Lynx. Ce camp de regroupement comprend également les patrouilles libres du secteur. Je garde le souvenir d’un camp d’envergure sous une belle météo avec notamment un raid sur au moins deux jours qui nous emmène en Alsace de l’autre côté de la montagne avec retour par le col de Bussang. En 1963, je participerai avec ma patrouille à la construction de l’abri Laurent de la Place des Travailleurs, abri dédié à un scout tué lors de la guerre d’Algérie. Le camp d’été aura lieu en Bretagne à Landevennec. Le camp surplombe l’océan et le site jouxte l’abbaye éponyme. Nous aurons l’occasion de nous rendre à Brest pour participer aux festivités autour du 15 Aout. Par ailleurs nous partagerons un bon moment avec les scouts marins sur leurs bateaux. J’effectuerai mon dernier camp scout à Orbey comme assistant du chef de troupe André Pierrat en 1965. Avec mon épouse Odile, née Curien, cheftaine de Guides en son temps, nous avons eu quatre enfants deux filles et deux garçons qui ont également intégré le scoutisme à Nancy. Je précise que notre fille Isabelle est aujourd’hui secrétaire de direction chez les Scouts d’Europe à Paris. Six de nos huit petits enfants sont actuellement aux scouts, quatre chez les Scouts de d’Europe en banlieue parisienne et deux petites filles chez les Scouts de France dans le Midi. Le scoutisme est indiscutablement une bonne école de la vie et je ne saurais que trop encourager la jeunesse d’aujourd’hui à rejoindre la grande famille du scoutisme. J’ai toujours gardé le contact avec la grande famille qui compose le scoutisme. En 1991, avec mon épouse, nous avons eu grand plaisir à participer aux festivités des 70 ans du scoutisme à Remiremont. Il y eu des moments émouvants tant lors de la messe à l’abbatiale qu’à la Salle des Fêtes (aujourd’hui Centre Culturel Gilbert Zaug). En 2008, nous étions également de la fête des 100 ans du scoutisme du fondateur Baden Powel qui s’est déroulée sur un W.E au col du Peutet. Scout d’un jour, scout toujours, suivant l’adage ! En 2019, j’ai pris une part active à l’exposition aux Archives Municipales sur le scoutisme d’hier et d’aujourd’hui. Une exposition étalée sur plusieurs semaines ayant rencontré un bon succès. Aujourd’hui, j’ai pris à bras le corps, avec un comité de pilotage digne de ce nom, l’organisation du centenaire du scoutisme à Remiremont qui aurait dû se dérouler l’an dernier (1921-2021). Les festivités se dérouleront les 2 et 3 Juillet prochain. Le programme est en voie de finalisation et nous aurons bien sur l’occasion d’y revenir dans les mois à venir.

Pour conclure, je dirai que l’article de la loi scoute qui m’a toujours servi de fil conducteur est « Le scout met son honneur à mériter confiance » !

Et que vive le scoutisme avec ses vraies valeurs !

J.C Bigorne

48 vues0 commentaire

Nous contacter

bottom of page